ð Dimanche 18 Janvier 2009.  Point N° 6 carte itinéraire.  

                                                              Récit en version imprimable

 

3 h. du matin, nous sommes réveillés par l’orage et le bruit de la pluie qui tombe à cordes sur les toits, ouille, ouille !.... va falloir prévoir le Kway,  cependant, Béatrice nous a prévenu que les véhicules sont appropriés en cas de mauvais temps.

         Réveil à 5 heures, il ne pleut plus....le petit déjeuner sera sous forme d’un sac avec sandwich, banane, pommes, barre de céréales, jus d’orange.

 

A 5h45 ... deux 4/4 viennent nous chercher à l’hôtel, nous embarquons à 8 par véhicule et faisons la connaissance de notre Ranger, un charmant sud-africain qui mettra tout en œuvre, y compris quelques mots de français, pour nous faire découvrir un maximum d’animaux. Les rangers, devant la menace de pluie nous affublent de grands imperméables.

L’entrée la plus proche de la ville d’Hluhluwe est la « Mémorial Gate » à 17 kms de l’hôtel, nous apprécions déjà les impers qui nous protégent bien de l’air, étant donné  que ce véhicule est à tout-vent....et qu’on roule à plus de 80 kms/h. La température est déjà douce à cette heure très matinale, peut-être dans les 18°

 

u Réserve animalière de Hluhluwe-Umfolozi. Fondé en 1895,  dans la province du Kwazulu-natal, c’est le plus vieux parc d’Afrique du Sud, couvrant un espace de 96 000 ha. Vastes paysages de collines couvertes de savanes africaines, on peut espérer observer une grande variété d’animaux. Y sont dénombrés 86 espèces de mammifères (lions, guépards, éléphants, rhinocéros, buffles, phacochères, hippopotames, crocodiles du Nil, hyènes, chacals, antilopes, koudous, gnous, impalas, singes, babouins .....) et 360 d’oiseaux.


 

         Dans les années 50, le parc Hluhluwe s’est forgé une renommée, car il a fait de grands efforts de conservation, notamment pour le rhinocéros blanc, menacé d’extinction, la réserve abrite aujourd’hui près de 90% de la population mondiale de rhinocéros. C’est un secteur humide, marécageux, propice à la malaria, les touristes auront pris les précautions nécessaires avant le départ de France. (Malarone, recommandée  pour l’Afrique du Sud)

 

         Qui n’a pas entendu parler des « Big Fives » ? vous trouvez ce terme dans toutes les brochures vantant les safaris d’Afrique, les « Big Fives » ce sont : l’éléphant, le rhinocéros, le lion, le léopard et le buffle. Cette appellation a pour origine le jargon des chasseurs, qui désignaient ainsi les animaux d’Afrique dont les trophées étaient les plus recherchés. Le grand espoir pour  toute personne qui participe à un safari est de les apercevoir tous les cinq, mais ça, c’est une autre histoire ! .....

 

 

         A peine entrés dans le parc, nous apercevons des pintades picorant parmi les excréments d’éléphants, puis deux hyènes tachetées qui à toute allure viennent à notre rencontre, des zèbres, au loin sur la crête des collines, des troupeaux de buffles.

 

 

 

         

 

 

         Nous roulons, tranquille, depuis une heure environ quand survient une invitée dont on se serait bien passé, la pluie ! celle-ci dense,  poussée par le vent  nous gêne, recouvrant sans cesse les objectifs de ses gouttes, les mouchoirs pour les essuyer finissent eux aussi par être trempés, ce ne sont pas des conditions idéales, le crâne rasé du ranger ruisselle....

 

         C’est dans ces conditions que nous apercevrons, assez loin, un troupeau de rhinocéros, malgré le tapage fait par le Ranger pour les attirer, ceux-ci ne bougeront pas d’un poil...

 

         Ouf ! la pluie se calme, elle n’aura sévi qu’une vingtaine de minutes !  Nous avons rendez-vous avec un majestueux buffle qui très photogénique a pris à plusieurs reprises la pose....La promenade se terminera avec une famille de phacochères.

 

 

        

 

         Nous venons de passer 2h30 dans cette réserve, finalement avons vu peu d’animaux, et le plus souvent de loin  ... il est évident que de passer le double ou le triple de temps aurait probablement permis d’en voir plus, espérons que ce sera le cas quelques jours plus tard dans le parc Kruger, et qu’il ne pleuvra pas...

 

    

 

 

         Les 17 kms pour retourner à l’hôtel nous permettront de nous sécher. A celui-ci, un petit déjeuner copieux nous attend, puis les valises sont apportées au car par des femmes..... Allez ! encore une dernière photo de ces jolis murs, et c’est le départ pour le royaume indépendant du Swaziland. La frontière est à une soixantaine de kms environ, nous y arriverons vers 11h30.

 

        

 

Récit en version imprimable