Cette page  en version imprimable

 

        ð Jeudi 9 Septembre        Les chutes de Stuibenfall.  (1550 mètres)  (carte itinéraire e)

      D’après la brochure touristique, il y a dans le coin un sentier qui permettrait de les voir depuis leur hauteur. Nous reprenons le CC et remontons vers le superbe village de Niederthai, terminus de la route  il possède un très grand parking gratuit incitant à de grandes et superbes promenades, et non interdit de nuit !

Et que dire de cette vue, une ’église, un ruisseau et un glacier aux neiges éternelles en toile de fond !... je vais peut-être vendre ma photo aux enchères….

 

   

     Des français en location nous donnent le tuyau, ce sentier part de l’hôtel où ils sont logés, la « Gasthof Stuibenfall » sentier qui finalement n’est pas très éloigné du parking où nous avons dormi, nous les remercions, échangeons quelques mots,  c’est alors qu’ils nous apprennent qu’il a neigé la nuit précédente à partir de 2300-2400 m.! L’autre nuit, un ange a vraiment veillé sur nous !

       La cascade de Suiben est la plus haute et la plus belle du Tyrol. Cette promenade sur des sentiers balisés, récemment reconstruits, et offrant cinq plateformes panoramiques a reçu le label de qualité du Tyrol.

      Tout a commencé il y a 9800 ans, ça ne nous rajeunit pas, ca ! Le pergélisol (sous-sol gelé en permanence, au moins pendant deux ans) a fondu et les deux tiers de la montagne se sont écrasés  dans la vallée. Des rochers massifs ont bloqué les eaux tumultueuses du ruisseau Horlachbach à Niederthai, ce ruisseau s’est alors cherché un nouveau lit de fleuve.  

      Plusieurs autres petits ruisseaux de haute montagne et les eaux du glacier Grastal se vident dans les chutes, les deux plus grands ressauts forment une chute de 159 m pour finalement tomber dans la vallée.  Le nom de Stuibenfall vient des nuages de particules de poussière d’eau.  

     En juin et juillet le débit atteint 2000 L à la seconde, lors de fortes pluies il peut largement décupler.




      Quinze minutes de marche depuis l’auberge (point A) et nous percevons les premiers fracas. Nous arriverons ainsi sans fatigue tout en haut, sur le pont métallique (point B) qui enjambe les chutes d’une manière impressionnante  la hauteur y est vertigineuse.  Normalement ! nous aurions dû arriver par le parking payant du bas, et remonter à grand coup d’efforts les cinq plateformes les unes après les autres avec les cascades sur notre gauche.

       Nous allons faire l’inverse et descendre jusqu’à la N° 5. cette plateforme grillagée  avancée au-dessus des chutes offre un spectacle fantastique. (talons pointus et sujets au vertige s’abstenir..)   C’est grandiose de voir ces eaux furieuses qui en se jetant dans l’abîme, rebondissent, se fracassent contre les gros rochers, les polissent.

      Si vous avez la chance de les admirer sous un beau soleil, un arc en ciel se formera dans le brouillard des embruns s’élevant plusieurs mètres en l’air.

 

   

Un peu plus haut, un superbe pont de pierre, l’eau a fait là un formidable travail d’érosion pour sculpter pareil ouvrage.

  

      Osant regarder vers le bas, nous devinons, zigzaguant entre les sapins, le sentier panoramique et les différentes plateformes d’accès, sur ce chemin quelques petites fourmis qui laborieuses, tentent d’atteindre le sommet à travers les racines des arbres et les escaliers en pierre … 

     Un peu plus tard, de retour au « parking panorama » nous admirons des grimpeurs qui s’attaquent à la « via ferratta » mise en place du coté gauche des chutes, à chacun son plaisir !

   

    Déjeuner sur place. Après celui-ci, du parking d’Umhausen (1036m) je tenterais une approche pour essayer d’aller jusqu’à la plateforme N° 2. A l’entrée, une pancarte indique qu’il ne faut pas moins de 60 mns (et probablement pour un bon marcheur et plus jeune…)  pour arriver déjà à la première.   c’est bon ! je ne suis pas « Superwoman » non plus !  

 

   

        Cette vallée affluente de l’Inn possède certes des sites magnifiques, la route des glaciers de l’Otzal, la Vallée du Vent….. mais le temps n’est pas élastique, nous faisons demi-tour en passant par Oetz, centre touristique en bordure de la route nationale, qui possède de bien belles maisons avec fresques, des hôtels avec de jolis balcons de bois fleuris.



 

  

          A droite, la 171 nous mène à Stams. Superbe monastère cistercien entouré de magnifiques montagnes,  avec ses deux élégantes tours à bulbe, il se remarque de loin.

Cette page  en version imprimable

 

         L'abbaye de Stams