Cette page  en version imprimable

 

      Nous sommes toujours en Haute-Autriche. Comme les autres communes pratiquant l’extraction du sel au Salzkammergut, Bad Ischl a une longue histoire comme centre de production de « l’or blanc » Principale activité économique depuis la préhistoire jusqu’à ce jour, le sel extrait à la main était transporté sur la rivière Traun vers le lac Traun puis vers le Danube.

 

     Bad Ischl (carte itinéraire, point m) fut la ville d’eaux d’Autriche la plus marquée par les fastes du règne de François-Joseph, empereur de l’empire Austro-Hongrois depuis 1848. A l’origine nommée Ischl, elle prendra le nom de « Bad Ischl » en 1906.

     La villa impériale s’élève au nord de la ville, après avoir traversé l’Ischl.




     Ouverte au public après la 1ère guerre mondiale, on y trouve une boutique de souvenirs, ainsi qu’un café. 

     La villa appartenait aux parents du futur empereur, l’archiduc François-Charles et la princesse Sophie de Bavière, ceux-ci emmenaient régulièrement l’enfant à Bad Ischl ou il y fêta son premier anniversaire.

     Elisabeth, surnommée « Sissi » sa jeune cousine bavaroise y fit la connaissance de Franz Joseph, où ils se fiancèrent en 1853. L’empereur avait alors 23 ans et Sissi 15.   L’archiduchesse Sophie donna la villa en cadeau de noces, à l’occasion de leur mariage en 1854. L’impératrice arriva à la Villa impériale comme jeune épouse de 16 ans.

     ð La vie du couple impérial à Bad Ischl : D’emblée, la Villa Impériale fut conçue comme résidence privée de l’Empereur et de sa famille, un endroit où ils pouvaient se reposer en paix, loin des remous de la cour impériale de Vienne. Sissi ne décrivit-elle pas cette propriété comme « un paradis sur terre » !

     L’intimité familiale fut jalousement préservée, aucun hôte d’état n’y fut jamais logé, mais toujours au centre ville, seuls les dames d’honneur, les valets personnels et les femmes de chambres qui voyageaient partout avec la famille impériale, demeuraient à la villa même. Aucun repas n’y était préparé, les cuisines étaient dans un bâtiment situé plus bas près de la rivière.

     Le principal passe-temps de l’empereur était la chasse, la seule récréation qu’il s’offrit. Une journée normale débutait à 3h30 du matin avec un bain, suivi de quelques heures de travail aux documents d’état, apportés journellement à Ischl par des courriers. A partir de 1850, l’immense empire des Habsbourg fut gouverné à partir du bureau de l’empereur à la Villa. S’il n’y avait aucune visite officielle au programme, il consultait les baromètres de son bureau, et si le temps était clément, il partait, parfois bien avant le jour, pour les terrains de chasse.

     Au contraire de son époux, Elizabeth adorait les sports et l’exercice physique, elle avait fait aménager une salle en salle de gymnastique, mais s’il n’y avait pas de visites officielles elle faisait ériger ses appareils gymnastiques dans le salon rouge entre deux grands miroirs ovales et y exécutait ses exercices habituels. Elle pouvait s’adonner de tout cœur à sa passion pour l’équitation, des étables pour 50 chevaux et une remise pour calèches à cheval étaient à sa disposition. Avant le petit déjeuner, elle partait accompagnée de ses dames d’honneur pour des promenades dans les collines autour de l’Aussée, ou faisait avec sa fille Marie-Valérie de longues randonnées dans les alpes du Tauer par des chemins à plus de 3000 m d’altitude. Dans une petite cabane en bois au sommet, avec un panorama fabuleux sur les montagnes, elle lisait, écrivait, dessinait et faisait de la peinture.

     Elle faisait partie des visites d’état, où elle était l’hôtesse des épouses ou des consorts des hommes d’états et des têtes couronnées, pendant que leurs époux et François-Joseph s’occupaient de leurs affaires de haute diplomatie.

     La villa fut agrandie pour former un « E » en l’honneur de la jeune femme et modernisée. François-Joseph ne manquait aucune occasion pour embellir et entretenir sa précieuse résidence. Le couple impérial y vécut toutes les périodes estivales, pendant 60 ans, puis plus fréquemment à partir de 1877 lorsque le chemin de fer en facilita l’accès. L’empereur y passa au total 82 étés, y célébra son 81ème anniversaire.

     Par la présence impériale, la vie culturelle viennoise fut transférée à Ischl qui éclipsa la capitale, surtout en matière de musique et d’opérette. D’innombrables chefs-d’œuvre musicaux, artistiques et littéraires furent créés dans cette ville. Ischl devint une ville d’eau florissante, célèbre dans le monde entier où il était de bon ton d’être vu ! Dames et messieurs d’une belle élégance échangeaient des courtoisies avec de galants officiers dans leurs splendides uniformes des forces armées impériales, en se promenant dans les jardins parfaitement entretenus,  sur les tons de l’orchestre dirigé par le maître Johan Strauss en personne.

     Pendant des décennies, la vie se déroula avec quiétude, sans n’être nullement dérangée par les troubles sociaux et politiques dont Vienne fut accablée à cette époque. L’empereur était sur son trône et tout allait pour le mieux, jusqu’à ce que les coups de feu de Sarajevo viennent brutalement interrompre l’idylle.

     ð Un petit peu d’histoire. Survint plusieurs évènements que toute personne s’intéressant à l’histoire de Sissi ne peut ignorer, en particulier le suicide du prince héritier Rodolphe en janvier 1889 à Mayerling en compagnie de sa maîtresse. L’impératrice ne se remit jamais du choc de ce décès, elle se démunit de tous ses joyaux et ne porta plus que du noir le restant de sa vie. Celle-ci prit fin le 10 Septembre 1898 « Sissi » est poignardée à Genève par un anarchiste italien, pour la seule raison qu’elle fut de sang royal.

     Le 28 Juin 1914, l’archiduc François-Ferdinand, le nouvel héritier des trônes austro-hongrois, fut assassiné à Sarajevo par un Serbe, la Villa Impériale, devenue le centre du monde, fut prise dans un tourbillon d’activités diplomatiques. L’empereur François-Joseph signa l’ultimatum de l’Autriche-Hongrie à la Serbie à son bureau de la Villa Impériale le 23 Juillet. On connait ce qui s’en suivit ! il déclara la guerre avec la Serbie, ce conflit prit des dimensions extraordinaires et aboutit à la Première Guerre Mondiale.  Le 30 Juillet l’empereur fit ses adieux à son cher Ischl pour retourner à Vienne, ce fut la fin d’une époque. En 1918, sonnait le glas de la monarchie habsbourgeoise.

     ð Aujourd’hui. Bien que résidence officielle, la villa ne fut jamais propriété d’état, elle fut l’héritage de Marie Valérie, la cadette des quatre enfants du couple, en épousant son cousin François Salvator de la lignée des Habsbourg, la villa resta dans la famille. La villa survécut indemne aux deux guerres mondiales et se trouve en majeure partie dans l’état original du temps de l’empire. Aujourd’hui c’est l’arrière-petit-fils de l’empereur qui y réside, chaque année, le 18 août, le jour de son anniversaire  y est célébré.

     Il est à peine 16 heures, La prochaine visite guidée sera à 16h20 en allemand…. un groupe de français est prévu pour 16h30,  la jeune guide nous propose de nous joindre à eux, ce que nous faisons avec évidemment beaucoup d’empressement. Photos interdites. Scans de brochures. Entrée  12 euros.   (infos)

     Face à l’entrée de la villa, une fontaine de marbre blanc construite en 1881 dans la cour gravillonnée, tout à coté, une statue de l’empereur en tenue de chasse accompagné de deux de ses chiens, chasseur passionné, la villa regorge d’environ 2000 trophées, animaux tous abattus par lui-même.

    

     Après avoir emprunté un escalier, visite guidée. Les parquets étant d’origine, nous devons nous tenir sur les tapis.  Toutes ces pièces sont remplies de mobilier, d’objets divers, de tableaux, de peintures,  de bustes de Sissi, de cadeaux….

     On vous invite !…  

     è Le Salon gris, lieu de conférence de l’Empereur avec ses ministres, quand l’impératrice y résidait, le couple impérial y prenait son petit-déjeuner à 6 heures du matin

     è La chapelle privée que l’empereur, homme très pieux avait fait construire. Dans une vitrine, le coussin sur lequel la tête de l’Impératrice reposa après sa mort

     è le cabinet de travail de l’Impératrice, elle y écrivait des poèmes ainsi que son journal privé, cette pièce est restée dans l’état où elle l’a quittée lors de son dernier voyage.

     è le Salon rouge, l’empereur y recevait des délégations, personnalités officielles, les têtes couronnées de toute l’Europe, éventuellement salle de gymnastique pour l’impératrice.

     è la salle d’attente des Dames è La pièce aux chevaux, 27 tableaux y représentent les chevaux favoris de l’Impératrice qui était une excellente cavalière et montait souvent pour des chasses à courre dans différents pays d’Europe.

    è la salle d’attente des Messieurs è la salle d’attente des Ministres è le cabinet de travail de l’Empereur, la pièce la plus importance de la résidence, c’est sur ce bureau qu’il signa la déclaration de guerre contre la Serbie.  L’électricité a été introduite dans la Kaiservilla aux alentours de 1890, sur le bureau un allume-cigare, une sonnette électrique, ainsi que le premier ventilateur électrique créé par Siemens

        

     

     è la chambre à coucher de l’Empereur, il dormait dans un lit en fer et se levait chaque jour très tôt

    

     è L’escalier personnel de l’Empereur, c’est par cet escalier que les ministres quittaient le cabinet de travail de l’Empereur, sur les murs les trophées de chasse : chamois, coqs de bruyère, au-dessus de la porte, une tête d’ours qu’il tua en Russie quand le Tsar l’invita. Au rez-de-chaussée, collection d’oiseaux et divers animaux empaillés.

     è Le Salon de Chasse, on peut y voir le 2000ème chamois tué par l’Empereur, le seul à être empaillé.

     è Le Fumoir d’autrefois, dans la vitrine on peut admirer les derniers vêtements de chasse que porta l’Empereur, sa culotte en cuir, sa vareuse en Loden, son chapeau orné de touffe de poil de chamois, ses chaussures cloutées et ses fusils.

     è La Salle à Manger, la famille impériale et les amis les plus proches prenaient leurs repas dans cette pièce. Au centre une table dressée comme autrefois.

     è Le parc impérial est constitué de grandes zones de pelouses délimitées par divers arbres et broussailles, peupliers, cyprès, lauriers, châtaigner, espèces exotiques… l’Empereur a fait construire un pavillon personnel pour sa femme en style anglais du 16ème  siècle, le « petit château de marbre » où elle aimait se retirer dans la journée. Construit en marbre gris-rosé brut, il est entouré presque entièrement d'une véranda en fonte, envahi de plantes grimpantes.  Aujourd’hui, il abrite un musée de la Photographie. 

     Au point culminant de ce parc, au bout d’un petit sentier sinueux, une structure de fer de forme octogonale, appelée le « pavillon du jardin turc » y furent célébrées les fiançailles de la plus jeune fille du couple impérial.

       

 

   

      Le temps de grimper jusqu’à ce pavillon, je m’aperçois que l’endroit est devenu bien désert,  je redescends légèrement inquiète, plus personne à la billetterie, pourvu que je ne me sois pas faite enfermée dans ce parc…. la villa fermait à 17 heures !   Je vois le parking, le CC, mais entre nous …. un tourniquet  devenu maintenant source d’angoisse, ouf ! je suis sortie.

     Voilà qu’il pleut, ça fait maintenant plusieurs jours que la pluie s’invite en soirée…. Il va faire noir de bonne heure, nous décidons de poser nos pénates dans le charmant village de Traunkirchen. L’information recueillie nous mène directement à un parking en terre qui domine le lac, au nord du village. Joli panorama.  Encore et toujours seuls…..

     La pluie a cessé assez rapidement,  nous permettant une promenade le long des berges du lac avant la tombée de la nuit.

 

Cette page  en version imprimable

 

         Traunkirchen