Cette page  en version imprimable

*  Lundi 20 Septembre.

Malgré l’isolement, l’altitude, nous sommes aux environs de 1000m, et la réservation de ce parking pour les bus, nous avons passé une excellente nuit. (point W carte itinéraire) Au réveil, il fait frisquet : 6 ° Quelle déception lorsque soulevant les stores, nous ne voyons pas à trois mètres, le parking est entièrement recouvert de brume, alors qu’hier soir la montagne rayonnait sous le soleil. Le premier départ pour les lacs est à 8 heures, mais la navette reste immobile ! et comme elle… nous attendons.. espérons.. souhaitons….. une levée de ce brouillard. A 9h30 les premiers cars de touristes arrivent, ceux-ci montent…. Je me renseigne tant bien que mal auprès de l’employée qui m’assure qu’en haut, il fait soleil….. très incrédule  mais n’ayant pas l’intention de rester à attendre toute la journée, alors on y va voir !

 

Les lacs de barrage de Kaprun sont des très importants facteurs économiques de la région. Le barrage hydroélectrique joue un rôle très important dans l’approvisionnement électrique de l’Autriche et il est un symbole de la reconstruction après la Seconde Guerre Mondiale. Sa situation privilégiée au milieu des massifs enneigés, son accessibilité pittoresque en ont fait une grande attraction touristique.

Infos (Allemand ou Anglais)

 

Il est vrai que pour aller voir les lacs de barrage de Kaprun, c’est toute une expédition.  Prévoir partir de bonne heure, car le dernier retour est à 16h45. Après s’être garés où l’on peut (parking souterrain, parking pour bus, mais parking obligatoire !…) un autobus privé assure la navette entre les parkings et  la station inférieure du funiculaire. De la station supérieure un autre bus suit la route de Mooser, avec un total de 1700m de passages en tunnel jusqu’aux barrages de Limberg et de Mooser. Les deux stations : inférieure et supérieure sont reliées par un funiculaire ouvert.

Effectivement, la brume recouvrait la vallée, mais le bus en grimpant traverse la couche nuageuse, très rapidement nous arrivons à la station inférieure de ce funiculaire de plein air et profitons déjà d’un superbe paysage.

Nous prenons place dans cet élévateur incliné (pente entre 63% et 85%) de la Lärchwand, le plus grand d'Europe, son gros câble d’une longueur de 820 mètres vous tire doucement et silencieusement en quelques minutes de 1209 m à 1640 m. Il peut contenir 185 personnes ou 1 véhicule de moins de 20 tonnes. Les bus qui servent sont d’ailleurs transportés de cette sorte, une photo à coté du rétroviseur en témoigne.

Un second bus nous mène en une vingtaine de minutes à travers une succession de tunnels creusés à même la roche, étroits, sinueux, d’une hauteur tout juste suffisante, jusqu’aux terrasses des barrages de Mooser et de Drossen  à 2040 m d’altitude.  Ces tunnels sont à sens unique, la circulation est sujette à l’utilisation de feux tricolores, vaudrait mieux pas se trouver nez à nez avec un autre véhicule.

 

Les 2 lacs des barrages de Kaprun se visitent de mi-mai à mi-Octobre. Dernier départ à 15h45, dernier retour à 16h45. Tarif 18 €.



 

Un point photo, un point rendez-vous pour celui qui veut bénéficier d’une visite guidée, des figurines « Play-Mobil » grandeur nature, colorées pour l’amusement des petits, une boutique de souvenirs ainsi qu’une chapelle, voila ce qu’on peut voir à l’arrivée des bus.

       

La récompense est au rendez-vous, depuis les terrasses de ces barrages hydroélectriques construits en 1955, on jouit d’une vue surprenante 300 m en contrebas, sur les eaux vertes du lac de Wasserfallboden, avec à l’horizon, le paysage grandiose des cimes glaciaires des hautes Tauern.

   


 



 La chapelle de 14 mètres fût bâtie en 1960 en mémoire aux 161 travailleurs, ingénieurs et prisonniers de guerre qui y ont perdu la vie lors de sa construction. Une inscription gravée dans la roche rappelle ce souvenir « Ous arbeit und opfer ein werk » elle est construite au-dessus d’un rocher qui s’était fendu en 1551, acte considéré à l’époque comme miracle païen, toute personne qui fera le tour du rocher est censé guérir de sa maladie ou de ses péchés…



      

Ce barrage de 497 mètres de long est constitué de deux arcs en béton séparés par un « îlot rocheux » Une balade sur celui-ci vous mène à un restaurant avec terrasse qui propose des spécialités régionales, ainsi qu’à une salle d’exposition «  le Monde d’expérience coulée et glace »

    

 Encore plus haut, un escalier d’une centaine de marches de pierre vous permet de prendre un recul supplémentaire.

    

Retour par le même chemin, le bus attend en compagnie de trois autres véhicules pendant  une dizaine de minutes au feu rouge, jusque là rien de plus normal ! puis s’engage dans la galerie qui doit faire environ 5OO mètres, quand au milieu   !!... . nous arrive ce que toute personne redoute, être bloqués dans un tunnel !... et pas n’importe quel tunnel, de quoi faire de la claustrophobie, voir même ressentir un mouvement de panique. Nous ne voyons rien, que les deux véhicules devant nous, mais entendons un brouhaha, ça devient flippant…. puis nous apercevons face à nous une paire de phares, wouahh !!!! on comprendra plus tard que c’est un camion-remorque qui amenait des matériaux et qui a dû passer au feu rouge.

Il commence à faire bien chaud, nous suivrons avec inquiétude pendant 40 minutes les  efforts intensifs de ce chauffeur, qui aidé des autres conducteurs présents,  tentera à l’aide d’ « un coup je recule, un coup j’avance » de faire reculer sa remorque dans ce tunnel étroit et incurvé.

Chapeau le gars ! moi je crois bien que j’aurais laissé là le véhicule…. Un peu plus loin, avant le prochain tunnel, une petite place, il y décrochera sa remorque, la laissera et continuera à reculer jusqu’à la prochaine voie de garage, sans cette remorque la manœuvre  lui est devenue beaucoup plus facile.

Nous retrouvons l’air libre avec un certain sentiment de soulagement.

L’élévateur est rempli de monde, les gens ayant probablement dû attendre tout en bas que la situation dans le tunnel se débloque.

 Le parking est de nouveau inondé de soleil ce qui est de très bonne augure pour le programme de l’après-midi.

 Nous y ferons un déjeuner très tardif avant d’emprunter une route plus au sud : la « Grossglockner Hochalpenstrasse » la route la plus haute des alpes autrichiennes.

   

Cette page  en version imprimable

 

     Grossglockner Hochalpenstrasse