Sliema

* Mardi 18 Avril 2017. Jour du retour, avec bien des mésaventures, jusqu’à notre arrivée au domicile !

Nous disposons de la matinée pour se balader encore un peu. Pas question de se hasarder trop loin,  Sliema est trop grand, aussi nous faisons un aller retour le long des quais, nous amusons une dernière fois de la forte animation qui règne sur le port.

Point N° 15 carte itinéraire

Les vendeurs tentant d’intéresser le client, dans toutes les langues, il y en a bien une qui sera la bonne !.. une journée à La Valette…. des excursions pour le lagon bleu… une journée à Gozo et Comino…. une journée à bord du Citysightseen… etc…

Nous arrivons maintenant à une zone plus tranquille, le point de vue de Tigné. Ce coin accessible par des marches, probablement au-dessus du tunnel !....est sauvage, ici un pêcheur, là une maman canard qui barbote avec ses petits.

De là nous avons une vue magnifique sur ce coté de La Valette, les fortifications dominées par le clocher effilé de Saint-Paul et le dôme tout en rondeur de l’église des Carmes.

    

 

Là c’est vraiment terminé !! nous retournons au 100, triq San Gwan Baptista fermer nos valises. La propriétaire des lieux ayant dû s’absenter, nous disons au revoir aux deux gentils chiens de la maison et claquons la porte. By by

Installées à l’arrêt Bouverie, nous guettons le X2 qui doit nous mener à l’aéroport. Fortes des expériences précédentes et ne désirant surtout pas louper celui-ci (toujours qu’1 à l’heure !)  nous sommes là bien en avance, mais 11h57 passe, puis 12h05, puis 12h15… puis 12h25…. je commence sérieusement à stresser, presque prête à prendre un taxi si dans moins de 10 minutes il n’est pas là. A chaque bus une seconde d’espoir, et zut c’est un 12, un 13, un 14…. Tout sauf le X2, désespérant !....

Que je regrette à cet instant de ne pas avoir choisi celui d’une heure avant…..

Et ouf ! à 12h30 il arrive, n’oublions pas surtout de lui faire signe !.. ça sera un comble de le voir passer sans s’arrêter.

Il est plein comme un œuf, la marche est haute, nous avons un mal fou à y grimper avec nos valises, heureusement la gente masculine vient à notre secours, et c’est presque assises sur les genoux du chauffeur que nous passerons les 70 minutes nécessaires à parvenir à cet aéroport, j’ai vraiment cru que nous n’y arriverions jamais, circulation dantesque, de plus il est possible qu’il y avait des travaux l’obligeant à prendre des déviations.

Ce bus était rempli pour les trois-quarts de français qui comme nous rentraient, ça soulage un peu, nous ne sommes plus seules… Les conversations se lient, nous échangeons nos mésaventures respectives, et nous constatons une nouvelle fois que visiter Malte, hé bien ça se mérite !!!!!

Nous arrivons à l’aéroport 90 minutes avant l’envol, c’est dire que ce fût juste !... Le bureau d’enregistrement est ouvert, délestées de nos valises, la carte d’embarquement en poche, nous disposons d’environ 45 minutes avant que celui-ci ne commence.

Le passage en douane se passe très bien, faut dire aussi maintenant qu’on a de l’expérience.

Par contre, pour embarquer là encore un bling ! c’est marqué « Open to 14h40 » sur le tableau d’affichage. Hors il est presque 15h et nous sommes coincées debout déjà depuis 20 minutes dans les cordons, et rien ne se passe, personne n’avance. Finalement l’avion partira avec plus de 30 minutes de retard.

 

Que dire de ce voyage, finalement il fut à la hauteur de sa réputation, bus en avance, en retard ou qui ne s’arrêtaient pas, je l’ai vu à plusieurs reprises à Sliema,  malgré le signe du client. Il semblerait toutefois que dans les grandes villes ils soient à l’heure. Aucun problème pour revenir de la Valette vers Sliema. La circulation ! étant dans un bus à l’abri de ce phénomène j’avoue ne pas en avoir pris trop cas. Un monsieur rencontré au retour nous disait être venu il y avait 15 ans et que ça avait énormément changé, en bien !

Louer une voiture ou pas ! constat est fait que ça aurait pu être possible et même intéressant mais uniquement dans l’île de Gozo, quoique même à pied on se perdait ! Le GDR ne dit-il pas ! « Se repérer à Malte s’apparente encore souvent à un jeu de piste, tant les panneaux sont rares, mal placés ou même parfois illisibles à cause de la poussière… »

J’ai été déçue par le manque de couleurs lors du soleil se couchant, mais sans doute dû à la saison, celui-ci se couchait brutalement vers 19h30 sans cette splendide bande rougeâtre qui balaie tout sur son passage et m’enchante tant.

Nous sommes satisfaites des 2 chambres réservées AIRBNB. A Gozo, 3 nuits pour 74€, petit déjeuner inclus, salle de bains privative (baignoire) au centre de Rabat et possibilité d’utiliser la cuisine. A Sliema, 171€ pour 5 nuits tout près des quais, petit déjeuner inclus, mais salle de bains (douche à l’italienne) que nous aurions dû partager avec 3 étudiantes (si celles-ci alors en vacances n’avaient pas fait la grasse matinée, nous rendant par la même occasion un fier service)

Concernant les festivités de la Semaine Sainte, alors que j’avais eu bien du mal à obtenir les informations avant le départ, j’ai été comblée au-delà de mes espérances, une chouette procession de plus de 2 heures à Mosta, avec pénitents chaînes aux pieds, une minuscule Easter Sunday à Birgu, mais combien authentique, et la grande procession de  La Valette.

 

Arrivées à Orly (A croire que nous aimons les complications !.....) il est environ 18h30. Nous récupérons nos valises sans problème, mais nous ne sommes pas arrivées pour autant, car il nous faut rejoindre la gare Montparnasse. Il existe un bus bien pratique, le « bus direct » la ligne 1 vous prend aux deux sorties d’Orly et vous mène en plein cœur de Paris en passant par Montparnasse, pour le tarif unique de 12 euros, quelque soit votre arrêt. Le chauffeur charge vos valises et en route Simone, beaucoup moins stressant et pas beaucoup plus onéreux que les  divers tickets de métro. Je pense qu’à l’arrivée des avions il en est mis en supplément, car celui que nous avons pris n’était pas dans les créneaux horaires.

Il est censé faire ce bout de route en maximum 1 heure, ce qui nous laissera le temps de prendre notre TGV de 21h18, mais on est en heure de pointe, nous faisons du surplace, pas bon ça pour l’angoisse, car je n’ai aucune idée d’où l’on est, si on est ou pas dans les temps. Finalement il n’aura mis qu’une quarantaine de minutes et c’est rassurées,  mais affamées que nous attendons l’affichage du quai du train Paris-Nantes, il est alors pas loin de 20h.

Décidément !!!  le TGV est là, mais point de voiture 18 …… pourtant notre billet l’atteste. Un employé des quais va nous trouver in extrémis deux places, encore cette fois dans le compartiment en hauteur, la fatigue aidant, les souvenirs en plus, ça devient dur de transporter les valises. Les deux heures de trajet passent rapidement, nous les occupons en regardant les photos.

Arrivées à Nantes à près de minuit…En regardant les horaires du tram nous ramenant chez ma sœur, nous avons une « encore » mauvaise surprise «A cause d’incivilités, le tram s’arrête à Jamet »  ça ne fera pas notre affaire ça, et effectivement, le tram s’y arrête, tout le monde descend, on est alors une poignée d’individus dehors à plus de minuit,  sur le bord de la ligne du tram à attendre un bus qui fait la navette entre « Jamet » et son terminus « François Mitterrand ». Nous arriverons  enfin chez elle, il n’est pas loin de 1 heure du matin. Quant à moi, je reprendrais le lendemain matin un TER qui me ramènera chez moi.

Voilà, le récit de notre voyage à ma sœur et moi à Malte est terminé, j’espère qu’il vous aura plu, peut-être donné envie pour un prochain voyage. N’oubliez pas de regarder les diaporamas faits pour chaque ville ou région.

Dans quelques semaines, je tenterais une nouvelle aventure, ayant prévu un voyage organisé pour la mi-mai en…. IRAN, celui-ci est également consultable sur ce même site. By by !!!!!

 

Un livre d'or est également à votre disposition, vous êtes cordialement invités à y mettre vos impressions. Merci !

  SAŇŇA !  AU-REVOIR !



      Cette page en version imprimable