Dimanche 28 Janvier  Nagarkot  (point n° 7 carte itinéraire) et retour.


          
Rubrique version imprimable (version imprimable)
    

          Départ de l’hôtel de bonne heure, malgré la faible distance séparant celui-ci de Nagarkot, il nous fera plus d’une heure pour arriver à ce petit village situé sur une colline à 2200 m d’altitude. Village d’où l’on est censé voir les neiges éternelles de l’Himalaya. La chance n’est pas avec nous, c’est avec une véritable purée de pois que nous commençons l’ascension, verrons nous les sommets himalayens   Oui, car nous laissons la brume descendre sur la vallée et arrivons dans ce village avec le soleil, nous dévoilant un paysage magnifique et pur.




 

 

         Une terrasse panoramique a été aménagée afin de pouvoir voir les cimes enneigées, émotion de voir les sommets du toit du monde, culminants pour la plupart entre 6500 et 7000m, l’Everest de cet endroit est tout juste perceptible, car trop à droite loin derrière.... le contraste des couleurs est saisissant, le bleu du ciel, le vert et le brun de la terre, le blanc des crêtes. Pour rajouter à la magie du moment, à quelques mètres dans la boutique de souvenirs, le propriétaire passe en boucle un cd ( ?) d’incantations bouddhiques.

         Pas d’autres touristes, que nous ! mais pourquoi ne pas restez là ? tout simplement parce que dans quelques heures nous devrons être à l’aéroport pour entamer le long voyage du retour. Sur le parking, des jeunes vendeurs arrivent avec  cartes postales et  posters du massif en format panoramique, dernière envie, dernier achat et écoulement des ultimes roupies népalaises, certains ont dû même recourir à leurs euros, plus facilement acceptés qu’en Inde..  Un petit stupa, une photo, on ne s’en lasse pas.


 

 


         Nous redescendons à pied vers Katmandou  sur environ 3 kms  à travers un petit sentier de montagne, côtoyant de près les villageois, ceux-ci vaquant à leurs occupations de tous les jours ou se prélassant... enfants jouant au cerceau avec une roue de vélo, jeunes filles égrenant des poupées de maïs... L’habitude du touriste, sans doute, car le passage de chacun de nous est accompagné de « roupies mdame, roupies msieur ? » Les paysages parcourus pendant cette petite heure de balade sont superbes, crêtes enneigées en toile de fond, vallons où l’agriculture y est pratiquée en terrasses, rizières.

 

 

         

 

 

         Nous avons mis plus de temps que prévu à faire cette excursion, mais cela le valait amplement, aussi devons-nous nous dépêcher à boucler nos bagages, ça sera la dernière fois, hélas !.. Les valises sont de nouveau grimpées sur le toit du bus. Après avoir déjeuné à Katmandou nous filons sur l’aéroport.

         Là encore les douanes ne sont pas de toutes facilitées, les bagages à main remplis à ras bord de souvenirs et rangés méthodiquement, doivent être encore et encore vidés, nous y avions mis au fond, bien pliés, nos deux petits tapis, mais le mot « carpet » fait office de sésame, ouf ! et toujours ces petits papiers d’importation à remplir, n° de passeport, validité,  n° de visa, validité, numéro de vol, une étiquette de la compagnie pour chaque bagage à main, etc.. etc...etc... Enfin l’appel du vol, et surprise... en bas de la passerelle
de l’avion, une nouvelle fouille des bagages à main,   quelques mouvements d’humeur parmi le groupe,  notre patience en prend un coup, sans parler qu’il va falloir tout remettre, et fiça !!

    


          Départ du Népal, il est environ 17 h30, j’espère photographier les montagnes de l’Himalaya, que je n’ai pas fait à l’aller à cause d’une mauvaise organisation...mais zut je suis du mauvais  coté par rapport aux cimes, j’arriverais cependant à zoomer suffisamment et à prendre quelques photos des sommets enneigés, une heure plus tard le soleil se couche nous faisant un joli cadeau......

         Arrivés à Delhi nous retournons au même hôtel où quatre jours auparavant le groupe s’était séparé. Quel est ce tintamarre ? encore un mariage ? Effectivement, mais le marié n’est plus dans une voiture mais monté sur un cheval. L’hôtel a mis quelques chambres  à  disposition le temps de faire un brin de toilette. Le dîner est assez morose, le beau voyage est fini, les heures d’attente seront interminables  en effet l’avion pour Londres n’est qu’à 3h30 du mat... celles-ci passeront  dans une ambiance semi somnolente, et sans boissons (la cause en étant les nouvelles directives aériennes obligatoires !)  il y a bien des robinets d’eau potable ( ??!!) un peu partout mais la prudence est toujours de mise.

 

                         

 

          Aéroport de Delhi, complication ! une de nos valises en passant aux rayons intrigue les douaniers, faut la vider..... Sylvie reste à nos cotés pour nous venir en aide, mais non tout va bien, ces messieurs étant rassurés assez rapidement, on referme et on repart pour une nouvelle série de fiches d’importations et d’étiquettes à bagages.  

 

 

          Embarquement pour London à l’heure prévue, vol sans histoire de près de 9 heures.... arrivée en Angleterre vers 7 heures (heure anglaise) puis une longue... longue traversée de cet aéroport interminable, de nouveau le passage en douane, cette fois  tout a été organisé pour n’avoir qu’un seul bagage à main, les ordinateurs doivent être sortis de leur sacoche, les contrôleurs passent les rayons sur toutes les touches ?!!! on se déchausse, les chaussures passant aussi aux rayons.

         C’était l’avant dernière étape, encore quelques heures d’attente et nous nous envolerons pour Paris.


          Envol à 12h de Londres, arrivée 45 minutes plus tard à Paris à 13h45, heure locale.  C’est le moment de la séparation. Il nous faudra encore huit heures de route avant de pouvoir tourner la clef de notre maison, (36 heures non stop se seront passées depuis le moment où on s’est levés à l’hôtel de Katmandou) Des souvenirs pleins la tête, les cartes mémoires aussi sont pleines !


         Voila, le récit de notre voyage dans la vallée de Katmandou est terminé, j’espère que celui-ci vous aura plu.         Rubrique version imprimable (version imprimable)

         Un livre d'or  est à votre disposition, vous êtes cordialement invités à y mettre vos impressions, et ç’est avec joie que je vous fournirais toute information pouvant vous intéresser.

 

        Voir le diaporama                 Merci