Récit en version imprimable

 

ð Suite de la journée du Vendredi 16 Janvier, N° 3b carte itinéraire

 

         Région de vignobles. Les terres acides et alluviales de Stellenbosch sont propices aux cépages de rouge, d’autres plus calcaires sont excellents pour les vins blancs, d’où un large éventail de crus de qualité. Aujourd’hui, dans cette région, 91 domaines, 66 coopératives et plus de 100 caves font vivre près de 300 000 personnes.

 

      Æ Domaine de Morgenhof,  propriété de la famille française Hucho-Cointreau, cette exploitation viticole se compose de 212 hectares dont 74 hectares sont des vignes. Fondée en  1962, elle produit 300 000 bouteilles par an. Rénovés, les édifices couleur sable entourent un jardin à la française, superbe kaléidoscope de couleurs, le vert des vignes, le brun des montagnes, le blanc immaculé des bâtiments et pergolas. 

 

                   http://www.morgenhof.com/

 

         Après une explication de leur activité et la visite du domaine, il nous est proposé, assis sur une terrasse, de déguster six vins de leur production, le prix des bouteilles varie entre 65 et 180 rands, soit de 5,5€ à 15 €. Possibilité d’achat.

         Le déjeuner aura lieu sous une belle tonnelle fleurie, par une température de 29°.

 

 

         Une fois celui-ci digéré nous nous rendons à Æ Stellenbosch, ville très belle et réputée pour ses édifices de style Cape-Dutch (architecture coloniale du Cap)  le bus en fait  un tour panoramique, puis Axel nous arrête près du bureau de tourisme, nous donne quartier libre pendant une heure non sans nous avoir donné  un plan et quelques indications sur les principaux sites intéressants.

 



       è La Dorp Street, la rue la plus ancienne, est bordée d’édifices coloniaux de styles hollandais ou victoriens.

Notre court itinéraire è Village Museum où quatre maisons de style hollandais du 17 au 19ème  siècle ont été restaurées dans leur état d’origine,

è la Moederkerch Church (qui signifie Eglise Mère, en afrikaans) une église réformée hollandaise d’architecture néo-gothique, l’emblème historique de la ville.

 

       

 

è une femme qui file devant sa maison

è un marché africain

è l’église rhénane qui a l’origine servait d’école pour les enfants d’esclaves et de métis

è l’Office de Tourisme, belle maison recouverte d’un toit de chaume.

 

     

  

 

         La route qui rejoint le Cap passe  devant la très importante distillerie Brandy, ainsi que devant plusieurs grands domaines où vivent antilopes, bœufs, zèbres, autruches,  parfois des léopards, ainsi que des koudous (grandes antilopes).

 

         A l’entrée de la ville nous repassons une nouvelle fois devant Groote Schuur, que j’arriverais enfin à photographier ! mais qu’est ce  Groote Schuur ? le nom ne vous dit certainement rien, alors je vous éclaire : c’est dans cet hôpital du Cap que le professeur  Christian Barnard et son équipe réalisèrent la première transplantation cardiaque humaine, le 3 Décembre 1967, en greffant le cœur d’une femme de 25 ans victime d’un accident de la route, à un homme de 55 ans.

 

         Axel nous annonce que le téléphérique pour l’ascension à la Table Mountain est toujours fermé, trop de vent, dommage   et manque de chance ! car il était ouvert à l’heure où nous étions censé arriver, il y a de cela deux jours.

 

 

         Il nous reste près d’1h30 avant le dîner, nous en profiterons pour faire un peu de tourisme individuel.  Notre hôtel : le Cape Diamond, logé dans un bâtiment historique de Déco d’art qui remonte aux années 30, est situé en plein cœur du Cap, à 400 m des jardins de la Compagnie, 500 m du château de Bonne-Espérance, dans une petite rue : Longmarket. Vu l’heure, le portier nous incite à plutôt aller du coté du «  Garden of the Company »



 

 

         Avant l’entrée, un beau bâtiment : è The Slave Lodge, c’est l’un des plus anciens bâtiments de Cape Town (1679) il servait pour loger les esclaves de la Compagnie Hollandaise des Indes, aujourd’hui c’est le musée d’histoire de la culture égyptienne.

 

 

è Garden Company’s : Nous pénétrons dans ce jardin par une grille, celui-ci était un ancien potager créé en 1625 pour fournir des produits frais aux navires franchissant le cap de Bonne-Espérance sur la route des Indes.

         Aujourd’hui c’est un grand jardin public et botanique avec des petits plans d’eau, des fontaines, des pelouses, des bancs ombragés, de jolies vues sur la Mountain Table.


          En fin de journée, il fait bon s’y promener, l’air y est rafraîchissant.

 

 

 


Garden's Company's. Jolie fontaine    

 

Les maisons du Parlement

La Government Avenue qui traverse ce jardin dans toute sa longueur longe :

 è le coté de la cathédrale St George’s

 è les maisons du Parlement (imposant bâtiment à colonnes, érigé en 1884, aujourd’hui siège officiel du gouvernement sud-africain)

 è on y rencontre des animaux sympas, tels ces petits écureuils qui viennent manger dans votre main, ou ces splendides oiseaux exotiques.

 è la statue de Cecil John Rhodes, homme d'affaires ambitieux, 1er ministre de la colonie du Cap en 1890.

 

 

 

 

      

 

 

è  le mémorial Delville Wood, consacré à la mémoire des 3000 soldats sud-africains tombés en France durant la Grande Guerre

è la plus ancienne synagogue d’Afrique du Sud, aux tours reconnaissables.

 

         19 heures, nous sommes de retour à l’hôtel. Après dîner, il faudra boucler les valises, car demain nous nous envolerons pour Durban, situé à 1500 kms environ à l’Est du Cap, sur le bord de l'Océan Indien.

         Au lit de bonne heure, car le réveil sera plus que matinal, le départ étant prévu à 6h45.

 

                              Récit en version imprimable