ð Suite du Jeudi 22 Janvier 2009.  (Point N° 12 carte itinéraire)   

 Récit en version imprimable  

 

                    L’origine d’une des mines de diamants les plus célèbres au monde :

        Fin du 19ème siècle, Thomas Cullinan, prospecteur et homme d’affaires anglais, soupçonne qu’un filon de diamants gît sous la ferme d’un Afrikaner, Joachim Prinsloo, à 30 kms à l’est de Pretoria, mais celui-ci, qui hait les Anglais refuse de vendre. Survient la guerre anglo-boer, le fermier meurt, la ferme est ravagée et quelques temps plus tard, les héritiers : les frères De Beer vendent la ferme pour 52 000 £ (somme qu’ils considéraient faramineuse).

 

       La mine inaugurée en 1905 s’appellera « Premier Diamond Mine » c’est l’une des plus vastes cheminées kimberlitiques connues, elle fera partie de l’important groupe De Beers Company fondé par Cecil Rhodes (qui a donné à cette compagnie le nom des frères qui lui avaient presque donné... le terrain devenu si prolifère !)



 

                E Comment se forme un diamant, comment et où le trouve-t-on ? 

       Il naît au plus profond de la terre. Lors de l’éruption d’un volcan, les diamants sont projetés à la surface dans la lave, ou restent dans la partie centrale du volcan appelée cheminée. Le meilleur endroit pour trouver des diamants est donc le centre (le cône renversé) d’un volcan éteint, dans un type de roche appelée kimberlite.  L’exploitation se fait d’abord à ciel ouvert, et souterraine lorsque la profondeur devient trop importante.

 

       Très rapidement, la mine fut productive, en 1904 elle employait déjà plus de 2000 personnes. Fût alors construit autour de cette cheminée un village avec des bâtiments de pierre et de fer ondulé, des églises, des maisons pour les mineurs, des bureaux, des arbres furent plantés le long de la rue.

 

       Cullinan est à ce jour la mine de diamant opérationnelle la plus ancienne dans le monde.

       La « Premier Diamond Mine » peut s’enorgueillir d’avoir découvert plusieurs des plus gros diamants du monde, voici les plus connus :

 

              ¯ Le Cullinan Diamond (nom du propriétaire de la mine) le 26 Janvier 1905, à seulement 9 m de profondeur (3106 carats) il fut acheté en l’état 150 000 £ (750 000 dollars) par le gouvernement du Transvaal et offert le 9 Novembre 1907 au roi Edouard VII pour son 66ème anniversaire, scellant définitivement la paix après la guerre des Boers. La pierre originale fut taillée à Amsterdam en 105 diamants, 96 petits et 9 gros : le Cullinan I, le Cullinan II, le Cullinan III et ainsi de suite...

              E Le Cullinan I, baptisé « Great Star of Africa » (530 carats) 77 facettes orne le sceptre impérial.

            E Le Cullinan II, baptisé « Lesser Star of Africa » (317,4 carats) a été placé dans le front de la couronne impériale. Diamants que l’on peut voir exposés dans la salle des Joyaux de la couronne, à la tour de Londres.

 

             ¯ Le diamant de Taylor-Burton, en forme de poire (69,42 carats) En 1972 Richard Burton l’acheta pour l’offrir à Elizabeth Taylor, pour ses 40 ans. En 1978 après leur divorce, elle le vendit approximativement 3 000 000 $.  pour financer le bâtiment d’un hôpital au Botswana, en mémoire de son mari. Il se trouverait actuellement en Arabie Saoudite.

                  ¯ Le diamant du centenaire, Juillet 1986. le diamantaire travailla pendant trois ans pour en faire un diamant parfait (273,85 carats et 247 facettes) propriété de la couronne britannique.

 

             ¯ Le Golden Jubilée (545,67 carats) le plus gros diamant taillé à ce jour. Découvert en 1985, acheté en 1995 par un syndicat thaïlandais, il fut offert au roi Bhumibol pour le 50ème anniversaire de son couronnement, il est en forme de cœur.

 

             ¯ Le diamant de Niarchos (426,5 carats) acheté en 1957 par le milliardaire qui lui donna son nom

 

        C’est parti pour la visite, une interdiction : ne rien ramasser par terre .... des fois que !! Un casque nous est remis à l’entrée. L’usine n’est accessible qu’à partir d’un tourniquet, par lequel le responsable nous fait passer un par un avec sa carte magnétique.

 

     Nous entrons dans une salle musée, on y voit les répliques du * Collinan Diamond, * des 9 morceaux tirés de celui-ci, * des plus gros diamants * ainsi que quelques morceaux de minerais d’où sont extraits les pierres. Sur les murs, diverses gravures montrant l’histoire de la mine, ainsi que la photographie des diamants, qui une fois taillés ont été vendus à des personnages connus.

 

 

  

 

       Ensuite, nous errons parmi les installations minières, tapis de roulement ...cage d’ascenseur... extracteurs... pour arriver à la vue panoramique de  cette mine à ciel ouvert, creusée à la main, énorme trou de près d’1 kilomètre de large.

 

               

 

       La mine fut exploitée pendant 30 ans à ciel ouvert, jusqu’à 180 m de profondeur, puis ferma pendant la période de la Grande Dépression. Rouverte depuis 1944, elle emploie aujourd’hui 1580 personnes (dont 750 en sous-sol) et produit un quart des diamants de plus de 400 carats, du monde.

 

       La visite se termine par le bureau de vente. Possibilité de régler avec la carte de crédit..... Dans une petite pièce attenante, deux ouvriers travaillent et vendent des pierres de moindre qualité. Dans la cour, une statue grandeur nature du propriétaire de la mine : Thomas Cullinan.

 

       Retour au bus en longeant la rue bordée de ces petites maisons de mineurs, de style victorien.

 

         

 

          

       ð 19h30. Dîner au restaurant «  Le Carnivore » tout un programme !

       Implantation très originale, restaurant entouré de jardins indigènes, l’accès se fait par le Hall des Rois, on y voit de statues grandeur nature de grands rois africains, un hommage aux légendes africaines

 

             Le « Carnivore » a ouvert ses portes en Novembre 1993 avec 180 couverts, mais vu son énorme succès, il dû s’agrandir et accueille maintenant jusqu’à 550 personnes.

 

 

 

         

 

          

 

 En son centre un barbecue de 5,30 m de Ø ..... ou 52 lances tribales converties en Masaaï font rôtir sur du charbon de bois, 10 sortes différentes de viandes, telles que  porc, agneau, bœuf, poulet, crocodile, zèbre, girafe, impala, autruche, koudou....

 

 

 

 



  

 

            

       Le dîner commence par une soupe. Un plateau tournant à deux étages est présenté sur la table, avec six assortiments de salades et de sauces pour accompagner les viandes. Les serveurs circulent dans  le restaurant avec les lances de Masaai, et amènent à une cadence effrénée... les 10 sortes de viandes, les unes après les autres.

 

       A votre accord,  la viande est découpée directement dans les assiettes. Après avoir goutté à cet assortiment, libre à vous de redemander de votre plat préféré.....

 

       Les serveurs continueront ainsi jusqu’à plus faim.... c'est-à-dire uniquement lorsque vous aurez abaissé le drapeau présent sur votre table. Du pain au miel et une pomme de terre cuite au four accompagneront ce digne repas.

 

                 Voila, encore une journée de terminée, demain nous visiterons Pretoria, ou est bâti  le Vortrekkers, bâtiment dédié aux pionniers du Grand Trek.

 

       Notre hôtel : le « Manhattan Hôtel » est situé dans une rue tranquille de Pretoria, nous y dormirons deux nuits.


Récit en version imprimable