ð Vendredi 23 Janvier 2009. (point N° 13 carte itinéraire)             

Récit en version imprimable

 

        Départ à 8h30. Nous commençons la visite de Pretoria par le è « Voortreker Monument » monument qui commémore une période très importante dans l’histoire de l’Afrique du Sud : le Grand Trek, enchaînerons avec la è maison de Paul Kruger, ancien président de la République du Transvaal è Church Square, la place principale de Pretoria et è  l’Union Buildings.

 

          L’histoire de ce grand trek résumée en quelques lignes :

 

                * 20000 pionniers blancs accompagnés de leurs serviteurs noirs émigrèrent vers l’intérieur du pays entre 1835 et 1854, à travers les Drakensberg en franchissant rivières, plaines et montagnes. Les raisons de cet exode étaient leurs problèmes économiques, le danger menaçant du conflit avec le Xhosa, et surtout le mécontentement par rapport aux autorités coloniales anglaises qui ne voulait  pas assurer leur protection, l’abolition de l’esclavage qui leur supprimait la main d’œuvre gratuite sans compensation, et le principe de l’égalité en droit des Blancs et des Noirs...... Ils étaient surtout des éleveurs de bétail, mais manquaient de terre.

              Après avoir élu leurs chefs, ils chargèrent des chars à bœufs et partirent. Ils franchirent ainsi 2000 kms pour remonter vers le Transvaal et le Natal, espérant trouver une sorte de terre promise où ils pourraient vivrent libres et en paix.

Image de voortrekkers traversant les rivières                Cette épopée ne se fit pas sans heurts, une première bataille opposa les pionniers en Octobre 1836 à 6000 guerriers ndebeles, mais l’épisode le plus sanglant sera l’attaque faite par Dingane, le zoi des Zoulous qui après avoir trahi la confiance de Piet Retief, un des chefs voortrekkers le fera tuer à coups de pierres et de bâtons, avant de faire attaquer le camp par 10 000 zoulous. Certains pionniers succombèrent à la malaria.

                * Pretorius reprit la tête du convoi avec 64 chars à bœufs, 500 chevaux et 900 bœufs tandis que Dingane mobilisait une armée de 40000 hommes. Les Voortrekkers, très croyants en Dieu, prêtèrent serment et promirent la construction d’une église en cas de victoire. Le 16 Décembre 1838, Prétorius avec ses chariots en cercle et quelques canons, résista à Dingane, 3000 guerriers zoulous furent tués, beaucoup d’autres périrent dans la rivière en essayant de la traverser, les pionniers l’appelèrent Blood River (la rivière de sang)

                        Les Voortrekkers purent s’établir au Natal, construisirent l’église et se proclamèrent en République, mais en 1843 le Natal fut annexé par la Grande-Bretagne, ce qui amena une partie des boers à retraverser les Drakensberg pour chercher la liberté dans le Haut-Veld.

 

                     * En Janvier 1852 fut signé le traité de la Sand River, les Britanniques reconnaissaient officiellement l’indépendance du territoire, deux républiques voyaient le jour, ce fut la fin du grand trek.

       Mais la découverte des diamants en 1870 et de l’or en 1873 amena de nouveau l’annexion de ces républiques par la Grande-Bretagne en 1877, et le 11 Octobre 1899, la guerre anglo-boer éclata. Après une lutte acharnée de 963 jours, la paix sera signée le 31 Mai 1902 à Prétoria.

 

  

        « Voortrekkers Monument » Colossal monument de granit de 62 mètres de haut, posé sur une colline et visible de partout, son coût : 359 600 £. L’idée de bâtir un monument en l’honneur des Voortrekkers revient au président de la république sud-africaine du Transvval, Paul Kruger, à l’occasion du 50ème  anniversaire de la bataille de Blood River (1888) finalement il sera construit  entre 1938 et 1949, en style Art-Deco. Ce monument demeure l'emblème des blancs d'Afrique-du-Sud.




 

        

       Une volée de marches et nous arrivons à l’entrée, la grille noire en fer forgé est en forme d’assagaie, la lance des Zoulous. En façade, statue en bronze de 4 m représentant une femme et ses enfants, donnant une place d’honneur au rôle et à la participation des femmes et des enfants pendant ce grand Trek. Autour d’elle, quatre gnous en granit, ils représentent les guerriers du roi Dingane et symbolisent les dangers contre lesquels la femme devait protéger ses enfants.

 

 

       è A l’intérieur une immense salle, impressionnante, un carré d’une quarantaine de mètres,  flanquée de quatre énormes fenêtres de verre jaune, nous sommes dans la « salle des Héros »

    Sur les murs : une frise de 92 mètres de long et 2,30 m de hauteur, réalisée en marbre d’Italie, cette frise en 27 panneaux raconte les divers épisodes sanglants ou heureux de ce grand trek, ainsi que des tranches de vie de ces pionniers. Au centre du plancher de ce hall des héros, une grande ouverture circulaire par laquelle on peut apercevoir le cénotaphe qui est au sous-sol.

 

     

 

 

                è Le sous-sol ou « Hall du Cénotaphe » contient ce monument en granit rouge, tombeau symbolisant le tombeau de Piet Retief et de tous les Voortrekkers morts pendant le grand trek. L’inscription « Ons vir you Suid-Afrika » (Nous pour toi Afrique du Sud), est éclairée par les rayons du soleil par un orifice au sommet de la coupole, le 16 Décembre, jour anniversaire de la victoire à Blood River.

        Ce hall est décoré des drapeaux des différentes Républiques de Voortrekkers, et de tapisseries au mur représentant les pionniers pendant leur voyage épique.

       A coté, une pièce transformée en musée, avec un chariot et divers objets. Une petite plaque de marbre décrit l’acte héroïque d’une femme italienne : Thérésa Viglione qui, alors qu’elle campait tout près des camps des Voortrekers, fut le témoin de l’attaque des zoulous, elle ira à cheval d’un camp à l’autre pour donner l’alerte.

 

          è Un ascenseur nous mène au sommet de ce gigantesque monument, de là-haut vue sur le cénotaphe quelques dizaines de mètres plus bas, sur la ville de Prétoria, et sur le mur d’enceinte. Ce mur d’enceinte est réalisé en forme de camp, un « laager » il comprend 64 chariots, le nombre qui fut utilisé à la bataille de Blood River, la longueur totale de cet ensemble est de 313 mètres.

 

 

è Les quatre figures en granit, de 5,50 m de haut à chaque coin, représentent les chefs des Voortrekkers, Piet Retief, Pretorius, Potgieter, et le Voortrekker inconnu, symbolisant tous les chefs. Ils forment une garde d’honneur symbolique autour du monument.

 

 

 

 

         Maison de Paul Kruger.  Quelques mots sur cet homme, véritable « icône » en Afrique du Sud :

       Né en 1825, il participa avec ses parents au Grand Trek. Il sera élu président de la République du Transvaal de 1883 à 1900. Calviniste pratiquant, austère, fin politicien, sûr de lui et dominateur, il devint le symbole du Boer résistant aux Britanniques,  en menant un combat acharné pendant la guerre anglo-boer (1899-1902). Il  s’embarqua pour l’Europe afin d’obtenir de l’aide financière et militaire des gouvernements occidentaux, mais malgré la sympathie des Européens pour les Boers et le succès de sa tournée en Europe (Pays-Bas, France...) il n’obtint rien, vaincu il choisit l’exil.

       Il est à l’origine de la réserve animalière qui maintenant porte son nom. Plusieurs statues sont érigées en son honneur, sa maison devient un musée.

 

Le bureau de Paul Kruger       Ce président vécut là avec sa famille pendant les 16 dernières années du 19ème siècle. Le Musée comprend la maison d’origine, deux halls d’exposition et le wagon officiel du Président. L’ouverture de ce musée remonte à 1934 et est classé monument national depuis 1937.

       On pénètre dans la maison par une véranda ou deux lions sculptés montent la garde de part et d’autre de la grille. Cette demeure est une des premières de la ville de Pretoria à avoir bénéficié de l’électricité.

 

        C’est une maison bien simple, témoignage du mode de vie de l’époque ; On peut y voir la salle de réception de Mme Kruger, elle y faisait ses travaux de couture et recevait ses invités è la salle de réception du Président, où l’on y voit son fauteuil è Le bureau et la Bibliothèque è Les deux chambres d’amis è La Chambre à coucher è L’office et la cuisine

 

       Dans les halls : des objets personnels,  de nombreux cadeaux d’hommes d’Etat étrangers, des marques de sympathies témoignées à celui qui résistait à l’oppresseur anglais, telles ces couvertures du « Petit Parisien » et du « Petit Journal » accrochées aux murs è le wagon officiel utilisé pour les campagnes électorales et pour ses déplacements pendant la guerre contre les britanniques  è des gravures, des documents, plusieurs bustes de Kruger, sa collection de pipes, des objets publicitaires portant son nom... Juste avant de sortir, un superbe chariot en bois acquis par le Président en 1899.

 

   

 

 

         Chruch Square, le cœur du Pretoria historique, ce fut de tout temps le centre de la vie publique et politique, avec les premiers rassemblements de chariots, les manifs de l’apartheid... aujourd’hui c’est un lieu tranquille ou employés, familles, jeunes, sdf blancs ou noirs aiment venir s’étendre et se reposer sur les pelouses.



 

       Au centre, entourée d’un joli jardin une grande statue de bronze sur un piédestal, celle du Président Kruger. Aux quatre coins : des boers accroupis, entre eux : une plaque de bronze racontant un évènement de ce grand trek.

 

 

   

 

       Plusieurs monuments bordent la place : è le palais de justice construit en 1887, qui abrite la cour suprême, c’est ici que fut jugé et condamné en 1963, Nelson Mandela et ses amis è le Raadsaal, l’ancien Parlement è quelques beaux bâtiments flamands è l’ancienne banque néerlandaise

 

   

 

 

       L’Union Buildings, bâtiment de 275 m de long, construit en 1910 sur une colline, il abrite le gouvernement. En forme d’hémicycle, de style néo-classique, chaque aile symboliserait anglais et afrikaans, les identités fondatrices du pays. C’est ici que Nelson Mandela fut intronisé président de la République en 1994.

 

       De l’autre coté de la rue, en léger contre-bas, dans de magnifiques jardins, dominant la Pretoria moderne et ses gratte-ciels, le mémorial Delville Wood, en hommage aux soldats sud-africains morts pendant la guerre de 1914/1918


 

 

    

 

       Nous nous dirigeons maintenant vers Soweto, quartier au Sud-Ouest de Johannesbourg, ou nous devrions déjeuner dans un Shebeen.

 

Récit en version imprimable