Page en version imprimable 

 

     rond006.gif Mardi 17 Janvier (suite)

Cette ville de près d’un million d’habitants, (point N° 8 carte itinéraire) nous effraie un peu, mais il va bien falloir y trouver un hôtel, et de préférence dans le cœur. Après avoir réussi à comprendre leur système de signalisation de sens obligatoire, une fois pigé celui-ci se révélera même très pratique, les villes sont toutes sur le même modèle : pour la calle 60 on va à gauche, la 62 à droite, et ainsi de suite, et idem quand on est dans la 60 : la 61 à gauche, la 63 à droite, etc… de plus ce système de numérotation des rues plutôt que des noms permet de s’y retrouver assez facilement.

 

 

     Après avoir bien préparé l’itinéraire et plusieurs adresses d’hôtel, nous voici arrivés sans encombre devant le porche de l’hôtel « Casa Bowen » Il est 14h30 environ, nous allons pouvoir nous reposer un peu avant de visiter cette ville trépidante.

      L’hôtel avec parking, se situe dans la calle 66 à environ 700 m du zocalo. Il est de style colonial, notre chambre est pourvue d’une salle de bains, de la clim et d’un ventilo, il nous sera attribué la n° 8 une des plus éloignées de la rue. Coût de celle-ci : 350 pesos, Il n’y a pas de restaurant…

 

   Point recit simplifie.PNGMérida  : Il y a certainement plein de belles choses à voir, mais nous manquons cruellement de temps, on reviendra, mais cette fois en totale autonomie s’est-t-on dit !...   

     

        Première étape Le Marché Lucas de Galvez, situé entre la 54/56 au croisement des 65/67/69, il est à lui seul toute une institution…



      Marché de Mérida : Il occupe toute une manzana, et l’on prend plaisir à se perdre au milieu des dizaines d’étroits passages où les échoppes croulent sous les produits. On vend sur des étals ou par terre, de beaux légumes et des épices multicolores. Il y a un coin réservé à la viande. On peut aussi y manger dans l’un des nombreux stands de nourriture. Vous trouverez également des chapeaux, des huipiles (ces jolies tuniques blanches brodées de couleurs vives) et des hamacs.

 

             marché de Mérida : stand de viande

 

artisan fabriquant des sandales de cuir 

         Nous passerons près de deux heures à arpenter ce labyrinthe, verrons à plusieurs reprises des femmes fabriquer des « tortillas » ces petites crêpes de mais, nous visiterons d’ailleurs le lendemain une maison « El Molino de Chac Lol » où nous pourrons assister aux différentes étapes de la fabrication de cet aliment base de la cuisine mexicaine.


         Mais revenons au marché : il y a tant à voir ! des échoppes croulants sous les fruits arrangés avec grand soin, des épices, des tissus, des artisans confectionnant des sandales, de la volaille, des oiseaux, même des chiots ……un grand hall pour la viande, mais à cette heure il ne restait plus grand-chose, deux ou trois stands tout de même..…un autre pour la poissonnerie, toute une section réservée à la bijouterie.. Au bout de celui-ci à l’extérieur un escalier vous mène à des boutiques plus conventionnelles et plutôt tournées vers l’artisanat et les souvenirs.



         Il y a toujours de l’animation à Mérida, c’est bien connu. Nous étions à peine sortis du marché et admirions le zócalo et ses monuments l’environnant que notre attention fut retenue par de la musique. Il était 18 heures et nous allions assister à la descente des couleurs, cérémonial militaire, mais toujours avec une pointe de spectacle.

 


Mérida : Point recit simplifie.PNGLa plaza de la Independencia appelée également le zócalo. C’était le centre de la cité maya de T’ho. Plusieurs monuments entourent cette place ombragée, tout d’abord : la Cathédrale : 400 ans, (1598)  La Casa de Montejo : vieille maison espagnole bâtie au XVlème siècle avec un portique édifié dans le plus pur style Renaissance Espagnole. Ces deux monuments ont été édifiés avec les pierres des temples mayas qui se trouvaient sur le site. Les deux autres flancs sont occupés par le Palaccio Municipal (hôtel de Ville) construit en 1542 et reconstruit en 1850, et le Palacio del Gobierno. 

 


 l'hôtel de Ville     la cathédrale  

 

descente du drapeau Point recit simplifie.PNG Descente des couleurs : Une trentaine de militaires arrivent au son des tambours, font le tour de l’esplanade où se trouve le drapeau national, arrive ensuite une dizaine d’hommes qui descendront ce même drapeau. Une fois celui-ci au sol, six de ces militaires aux allures très saccadées (lever de jambe au maximum..) le maintiendront tendu, et l’emmèneront au Palaccio del Gobernio, puis pour finir ce petit coté spectacle, les musiciens nous referont un tour de l’esplanade. Dommage qu’il faisait déjà nuit, le zoom et le flash ne se mariant pas trop bien pour les photos…

la troupe folklorique la Jarana 

Ballet folklorique : La « Jarana régional dance » se prépare pour faire sa démonstration, mais auparavant un mini feu d’artifice, histoire sans doute de faire patienter les foules……..

19 heures : début du spectacle, plus d’une heure non stop de danses très entraînantes, et pour finir quelques silhouettes métalliques embrasées.

spectacle pyrotechnique         

       Il est un peu plus de 20h30, nous allons aller acheter des petits gâteaux, qui feront office de petit-déjeuner, les restaurants n’ouvrant qu’à 7 heures le matin, trop tard pour nous, voulant être à l’ouverture devant l’entrée de  l’hacienda de Yaxcopoil, grande propriété rurale où l’on fabriquait de la fibre d’agave.

Nous continuerons ensuite vers les sites archéologiques de la route Puuc.

           Voir le diaporama