Récit en version imprimable

Mardi 21 Juin    Températures douces, temps ensoleillé, déjà 22 ° à 9 heures.  Nous revenons sur nos pas pour aller à l’Ouest d’Helsinki a Lohja (Lojo) On peut y admirer une des plus belles églises médiévales de Finlande, oui je sais, je me répète !...  mais elles sont vraiment superbes, ces églises de pierres apparentes !

Lohja petite ville située sur le bord de la 25 a bien des atouts, telle qu’une mine en activité et un musée, mais nous nous intéresserons qu’à…. qu’à quoi ? je suis certaine que vous avez déjà deviné ! …….

Lohja

          « Pyhän Laurin Kirkko » (église Saint Laurent) (point N° 3 carte itinéraire)

Peintures du plafond

Elle date du 15ème siècle, ses fresques intérieures du début 16ème. Ces fresques qui font partie des trésors nationaux couvrent toute la surface des murs et de la voûte, elles illustrent des scènes de la Bible, avec des couleurs douces et fraîches. (Paradis, Jugement dernier, saints et martyrs….)

La partie basse du clocher est d’origine médiévale, la partie supérieure en bois de 1740, à coté du clocher une  chapelle mortuaire.

Les pierres apparentes des façades tranchent avec les coloris pastel du bois des maisons, les cimetières sont des petits parcs paysagers bien entretenus.

 

Les fresques de l'église   Une jolie fresque     Peintures murales

L'église de pierres      L'église et son clocher

 

Pour rejoindre Fiskars, plus au sud, nous prenons la 111.

Ne me dites pas que vous n’avez pas dans vos placards une de ces paires de ciseaux orange ! regardez bien, bien sûr que si ! Je vous apprends sans doute qu’ils ont été fabriqués dans cette petite ville du sud de la Finlande.

Cette petite route est agréable, vallonnée, bordée de conifères et de bouleaux. Les maisons sont égayées par les rhododendrons en fleurs, évidence d’un retard par rapport à nos campagnes, les fossés garnis de lupins crèmes, roses ou jaunes, sont un régal pour un peintre qui aurait la bonne idée de poser ici son chevalet et sa palette.

             * Fiskars  (point N° 3a carte itinéraire) est un village où il est agréable de flâner le long de la rivière entrecoupée de jolis ponts de bois blanc, découvrant de beaux édifices, les anciens moulins et les vieilles forges datent pour la plupart de la première moitié du 19ème siècle

Au fil des pas, nous découvrons l’entrepôt de grain, la forge du tonnelier, l’ancienne manufacture de couteaux, un entrepôt de véhicule de pompiers, et le plus La tour de l'horlogeimportant bâtiment : la tour de l’horloge.  Le village abrite aujourd’hui artisans et artistes qui se sont installés dans les anciens bâtiments de briques rouges.

Brochure et plan en anglais :

Quelques lignes d’histoire. L’usine sidérurgique de Fiskars a été fondée en 1649 par un marchand hollandais, Peter Thorwöste, lorsque la Reine Christina de Suède lui accorda le privilège de fabriquer de la fonte et des produits forgés, à l'exception du canon.

   Fiskars fabriqua alors des clous, du fil, des pots, des poêles, Les anciennes forgesdes bandes de fer pour renforcer les roues. Les ouvriers vinrent de Suède, d’Allemagne et des Pays-Bas. Lors de l’occupation de la Finlande par les russes, l’usine fut pillée et détruite. Le renouveau viendra de Johan Julin en 1855 qui raffinera le fer, il fabriquera les structures métalliques pour le canal Saimaa et la grande roue d’eau pour la filature de coton à Tampere.

Le développement de l’industrie entraînera l’amélioration de l’agriculture et de la sylviculture autour du village, ainsi que l’augmentation de la population. A la mort de Julin, une société à responsabilité limité est fondée. A la fin du 20ème siècle Fiskars était à la pointe de l’innovation.

La première paire de ciseaux Fiskars fut créée il y a plus de 130 ans et était faite d'acier forgé. Le design le plus connu, les ciseaux orange, fut dessiné en 1967. Fiskars a également été une des premières entreprises en Europe à fabriquer des fours à micro-ondes. En 1980, l’usine a été transférée dans des locaux plus modernes.

 

Balise d'accueil  L'ancienne manufacture   Les anciens moulins

La halle des réunions

 

Ce village a largement vécu de l’activité de ses forges. 

Aujourd’hui grâce au tourisme, il a très bien négocié sa reconversion avec  près de 150 000 visiteurs par an, dont 25000 viennent admirer les expositions.

Un parking à chaque extrémité du village, au Nord sur la place du marché qui présente quelques stands  avec un brin d’artisanat, un kiosque, un café, dans un environnement agréable propice au pique-nique et au farniente, verdure et rivière, et au sud, près d’un grand bâtiment, la « halle des réunions » 

Déjeuner sur l’un d’eux.

 

Un peu après Fiskars, un panneau indique « Ekenas »  c’est un raccourci,  nous le prenons  découvrant une route forestière praticable mais avec de nombreux nids de poules. Nous trouvons à nous stationner sur le port,  où un jeune couple français est  déjà installé, la parabole du C.C. pointée vers le ciel.

Ekenäs (Tammisaari) 90 kms à l’Ouest d’Helsinki (point 3B carte itinéraire) signifie « l’île aux chênes » car au large, son archipel abrite l’une des rares forêts de chênes de Finlande.

Maisons d'EkenasPetite commune portuaire fondée en 1546 par le roi de Suède, Gustave Vasa 1er, sur le bord de la 25. Plus de 82% de la population est suédoise, parle cette langue, les rues sont inscrites en suédois. Pour nous, finlandais ou suédois…. ça ne fait guère de différence, tant ces noms de rues sont illisibles et imprononçables, doubles voyelles, des kk, des y, des trémas ….

Le ciel est menaçant, vaut peut-être mieux prendre les Kway ! mais finalement ça sera sous un ciel gris, mais sans larmes, que nous nous promenons parmi cet ensemble de maisons de bois coloré, reconstruites au prix de multiples efforts après le grand incendie de 1821, incendie qui détruisit une grande partie de la ville et fit même s’effondrer le clocher, pourtant en pierre. Maisons d'Ekenas

Brochure en français :

Les fenêtres, selon qu’elles sont à deux ou trois battants, petits ou grands carreaux, avec ou sans moulures, témoignent de leur période de construction : début du 19ème siècle, néo-classique, fin du 19ème néo-Renaissance ou encore Art Nouveau du début 20ème

Submergeant au-dessus des toits, le clocher carré de l’église apparaît. L’intérieur de cette église construite en 1860 est en bois de style baroque, les couleurs dominantes sont le blanc et l’or.

Le motif central représentant la « Descente du Christ de la Croix » date de 1797, copie d’une peinture réalisée à Stockholm.

 

La descente de la Croix             La chaire

Les orgues,  les meilleures orgues mécaniques préservées en Finlande, furent construites par Anders Fredrik Gransted en 1842. Le portrait du donateur décore la façade.   Les extérieurs sont là encore un bel ensemble de pierre grise.. Retour au parking en passant devant un superbe bâtiment abritant aujourd’hui l’office de Tourisme.

L'intérieur blanc et or de l'église.    L'église et son clocher de pierres.    Très beau bâtiment.       

Nous continuons notre progression vers le point le plus méridional de Finlande, là ou la terre et l’eau s’y entrelacent : Hanko (Hangö) 9709 habitants. De grands ports de plaisance offrent un mouillage aux milliers de bateaux qui y font escale en été.

Une des magnifiques villas russes

*Quelques lignes d’histoire. Hanko  (Hangö) (point 3c carte itinéraire) fut fondé en 1874, c’était le port d’hiver relié par voies ferrées au reste du pays, ainsi qu’une station balnéaire très appréciée par la noblesse russe jusqu’à la révolution.

La ville abrite toujours ces magnifiques villas en bois construites au tournant des 19èmeet 20ème siècles,  architecture élevée aujourd’hui au titre d’art décoratif.

Entre 1800 et 1900, 400 000 Finlandais émigrèrent en Amérique, au Canada et en Australie, 250 000 d’entre eux quittèrent le pays natal à partir de Hanko.

 


Une des magnifiques villas russes        Une des magnifiques villas russes

 De par sa position stratégique, située sur la route maritime reliant Stockholm à St Petersburg, la ville fut aussi le théâtre d’opérations militaires,  des fortifications furent construites par les Suédois, puis détruites par les navires de guerre britanniques et français pendant la Guerre de Crimée

A la fin de la Guerre d’Hiver (1939-1940) l’Union soviétique s’empara de Hanko, chassa les habitants et en fit une base navale, mais en Décembre 1941 la ville fut reconquise par les Finlandais après de féroces combats, et reconstruite par les habitants.

Aujourd’hui, le port et les 30 kms de plage attirent de nombreux touristes.

Brochure en anglais :

Nous nous dirigeons vers le port, un grand parking peut semble-t-il procurer une halte nocturne. Les plages, constituées en partie de baies rocheuses, sont par contre difficiles  d’accès.

La plage et les rochers.        La plage, les rochers, un monument.

Plus haut, la  rue Appelgrenintie montre ses villas russes, nous cherchons et trouvons un petit parking en bordure de la route Appelgrensvagen, derrière un tennis.

      * Vartiovuori (le château d’eau) Du haut de ces 65 mètres accessible par ascenseur, il doit offrir depuis sa plateforme panoramique, une vue fantastique sur la région de Hanko et la multitude d’îlots de la mer Baltique, malheureusement nous arrivons trop tard, il est fermé depuis plus d’une heure (du 1er Juin au 9 août, 12h à 17h)  Tarif 2 €

Cet ancien château d’eau ainsi que la Kirkko-puisto, construite en 1892 dans un style néo-gothique, sont bâtis sur une colline au milieu de blocs rocheux, ils sont accessibles à partir d’escaliers situés sur le Bulevardi

L'église sur sa colline  Le château d'eau.   L'église néo-gothique   

Bien qu’ Hango possède un grand parking sur le port, nous retournons  à Ekenas, en sillonnons les rues à la recherche de quelque chose de plus discret que la grande place du port et sans trop de mal  trouverons ce petit coin intimiste entouré d’arbres, c’est le parking de …. l’hôpital (au bout de Sjukhusgränd)  n’empêche qu’il fût tranquille, parfait pour la nuit. Voir page bivouacs   

 

Mercredi 22 Juin. Température printanière 18 ° et soleil, quelle chance !  Ce soir nous dormirons sur un des îlots de l’archipel de Turku, mais auparavant nous faisons une halte à :

*l’église de Tenala.  (point 3d carte itinéraire) D’ Ekenas prendre la 52 puis à gauche la 1081, l’église est alors sur la droite dans un carrefour, avant le village, on ne peut pas la louper, seulement juste passer trop vite devant !.

L'église de pierre


Nous sommes impressionnés par ces lieux que représentent les églises de Finlande, elles ne sont pas entourées d’un cimetière, mais de véritables petits parcs paysagers, où trois ou quatre personnes s’affairent en permanence à l’entretien des pelouses, des arbustes, arrosent et nettoient les fleurs au pied du carré de granit que consiste les tombes.

Lieux de calme et d’harmonie, bien souvent, les parkings de celles-ci nous offriront la nuitée.

 

 

 

L'église en pierres.  L'église, son clocher et son mur d'enceinte.   Le clocher.


La chaire de l'égliseL’église en pierre grise, consacrée à St Olof, a été construite au cours des 13ème et 14ème siècle. La partie inférieure du beffroi a été réunie avec le mur du cimetière au 14ème en en faisant un mur d’enceinte.

La magnifique chaire est un cadeau de la veuve Anna Hansdotter van Sanden de Olsbeule en 1655. Les piliers sont recouverts de dessins en 1675, à une époque où on chaulait les images des murs dans les autres églises en Finlande et en Suède. Plusieurs blasons rappellent de la noblesse de guerre, des sauveurs et propriétaires fonciers de Tenala.

La dernière restauration de l’église a été effectuée dans les années 1984-1986. On y célèbre l’office en suédois tous les dimanches, en en finnois une fois tous les deux mois …

 


Magnifique chaire et jolies peintures murales.      Statue de bois.

Après ces quelques instants d’émotion et d’admiration, nous reprenons la route en direction de Turku, avec l’intention dé découvrir cet archipel en faisant comme les puces, sauter d’une île à l’autre…

Récit en version imprimable

         Archipel de Turku