Cette page  en version imprimable

 

Carte panoramique

 

 Konigsee. (point R carte itinéraire) Un immense parking accessible sans barrière, du moins lorsque nous y sommes passés, car celui-ci était en travaux. Payable à l’heure ou 4 € les 24 heures, et…. il va s’en dire, interdit de nuit…..Tickets distribués à une borne, les instructions sont en allemand….

De là, nous apercevons surplombant le lac du haut de ses 1874 mètres : le mont Jenner.



Pour y accéder, le téléphérique du Jenner nous transporte en 30 minutes au cœur du parc National de Berchtesgaden. Coût :20,80€ mais 16,80€ après 14h45… pas donné !... les 4 euros de moins peuvent tenter, mais attention ! le dernier pour redescendre étant à 16h30, vaut mieux avoir fait, au préalable, une évaluation du temps que l’on désire passer au sommet.

Les petites cabines de deux places quittent la gare inférieure pour s’élever au-dessus des forêts de sapins jusqu’à l’altitude de 1802 m. Du haut plateau, on découvre un paysage grandiose :la vue sur plus de 100 pics allemands et autrichiens, le Hochkönig, le massif du Dachstein, au premier plan, le Hoher Göll (2522m) le Hohes Brett (2340m) et le Schneibstein (2275m) Une douzaine de sentiers pédestres invitent aux randonnées les plus variées. En hiver, le Jenner offre des pentes fantastiques pour les amateurs de ski.

 

A l’arrivée, un restaurant possédant une terrasse panoramique, le plus haut d’Allemagne, propose repas, boissons, même des chaises longues, mais aucune vue sur le lac…. Celui-ci est dissimulé derrière un pic, il se fait désirer, joue avec notre patience ….

A droite de cette terrasse, un chemin. Après 400 mètres de montée et quelques efforts   nous arrivons à ce que les poètes et peintres ont décrit, il y a plus d’un siècle, comme un « paradis sur terre » époustouflant cette vue  sur le Königsee ! Ces mêmes poètes et peintres lui ont rendu, à la plume ou au pinceau, de multiples hommages.

 

  

 



Au sommet du mont Jenner (1874m) un belvédère, de celui-ci le regard plonge avec délice dans le bleu profond du lac. S’il n’y avait les horaires impitoyables du téléphérique, on y resterait des heures !

A droite une petite centaine de marches de pierre mènent à une croix fixée au sommet, cet accès n’est pas assez sécurisé, le vide est proche, le vertige guette, je ne me risquerai que sur les 25 premières.

 



       

 

Des marmottesA l’aller, juste au-dessous de nous, nous apercevons des marmottes dans leur milieu naturel, elles me semblent si proches que je pourrais presque les caresser, on repère l’endroit. Au retour, on guette, on scrute, le doigt sur le déclencheur de l’appareil photo, on finit par les voir mais, c’était à prévoir, elles se sont un peu éloignées.

La journée arrive à son terme, nous retournerons à notre parking de la veille, à 13 kms, mais cette fois en coupant et en prenant à droite la 319. Cette route a une petite portion comportant une pente de 24 %,  le CC la grimpe sans problème, mais les croisements des bus et autocars dans les lacets serrés rendent ce parcours un peu chaotique.

Nuit tranquille avec un autre CC.

 

 

          * Jeudi 16 Septembre                                      

.

Il a beaucoup plu cette nuit. Au lever le soleil est caché, mais il ne pleut plus, vaudrait mieux pour la balade sur le lac Königsee. Température extérieure : 11°

Retour sur le parking du lac, mais cette fois en prenant plus au Nord près d’Oberau, évitant volontairement la route à 24 %. Notre ticket de stationnement pris la veille valable 24 heures, l’est jusqu’à 14h30 heures.

    9h15 nous achetons nos tickets, pour aller au bout du lac : Salet, beaucoup de monde, mais aussi beaucoup de bateaux, si bien que l’attente y est quasi nulle. Tarif pour Salet : 15,80 €  Depuis 1909, les bateaux de la compagnie sont équipés d’un moteur électrique afin de préserver la tranquillité et la propreté du lac.

       Lien qui vous donnera toutes informations utiles (tarif, horaires, plan, etc…)


Encadré de parois rocheuses et abruptes, le Königsee resplendissant avec sa couleur vert émeraude se trouve au cœur du parc national alpin de Berchtesgaden, il s’étend à la manière des fjords. La plus haute paroi rocheuse des Alpes orientales, le Watzmann plonge sur 2000 mètres. Le Königsee datant de la période glaciaire est situé à 602 m au-dessus du niveau de la mer, de forme rectangulaire, il mesure 8 kms de long et 1250 m à l’endroit le plus large, il est alimenté par des cours d’eau souterrains, sa profondeur va de 98m à 190m.


Hangars à bateauxNous prenons place, le trajet aller et retour du départ à Salet dure environ 1h45. Beaucoup de belles choses à voir le long de ce trajet, tels une petite croix rouge qui rappelle la catastrophe de 1688 : au cours d’un orage, un radeau transportant des pèlerins avait chaviré, entraînant la mort de 70 personnes, la Schönfeldspitz, pic en forme de pyramide qui culmine à 2653 m d’altitude, la Königsbachfall, imposante cascade, ou encore le Hoher Jenner (1874m) où nous avons grimpé hier…


Voici le moment attendu, l’arrivée devant l’Echowand, le célèbre écho du Königsee, principale attraction. Autrefois, les navigateurs tiraient un coup de feu avec un petit canon rempli de poudre noire, l’écho pouvait se répercuter jusqu’à 7 fois. De nos jours, l’écho est soufflé dans un bugle ou une trompette, il se répète  1 à 2 fois en fonction du temps.  Le bateau s’est arrêté, l’employé demande le silence et commence sa jolie mélodie à la trompette, on entend distinctement cet écho. Sa prestation terminée, le musicien fait la quête !.....

      A peine le mini-concert terminé, voilà que tous nos compagnons de voyage entonnent avec vigueur un chant entraînant, petit moment d’abord d’étonnement puis d’amusement, sacrés gai-lurons ces retraités.




On s’approche doucement de St Bartholomä, le joyau du lac, source d’inspiration de nombreux peintres de paysages.

Ce sanctuaire construit, au pied des 2000 mètres du Watzamm, sur une péninsule de 85 ha fascine les visiteurs du monde entier, cette petite chapelle est si caractéristique avec son toit et ses nombreux clochers à bulbes rouges. La première érigée à cet endroit fut consacrée en 1134, l’actuelle et le bâtiment adjacent datent du 17ème. Jusqu’au début du 19ème siècle, St Bartholomä fut une résidence d’été des princes-abbés du Berchtesgaden. Plus tard, les rois de Bavière en firent leur château de chasse.

Aujourd’hui c’est un restaurant où l’on sert des plats traditionnels.


     

Le prochain arrêt et terminus est Salet, de celui-ci, une balade tranquille dans un sous-bois pendant 15 minutes offre un magnifique panorama sur l’Obersee qui s’étend tranquillement au fond de la vallée et le Hagengerbirge qui se reflète dans ses eaux cristallines.

     

Déjeuner sur place

La dernière visite dans ce décor fabuleux des Alpes Bavaroises sera pour Ramsau et son église paroissiale de 1512, un des motifs préférés des artistes et photographes visitant la région depuis le 19ème  siècle. La vue prise à partir de la rive opposée est devenue célèbre dans le monde entier….  Pas mal, mais moi j’ai préféré celle de Niederthaï ….

Retour dans le Tyrol autrichien. Nous nous dirigeons vers la ville fortifiée de Kufstein à 85 kms de là. Notre halte nocturne est un P+R, de l’autre coté de la rivière Inn, cet emplacement est très commode pour visiter la vieille ville et la forteresse, un pont piétonnier enjambe la gare, de là en moins de 5 minutes vous empruntiez l’Innbrïicke  et vous y voilà.

Parking gratuit, il y avait de la place, et non interdit.

Emblème de la ville, un des édifices moyenâgeux les plus importants du Tyrol, la citadelle surplombe la ville, chouette vue de notre parking, la citadelle est illuminée, c’est beau !

Cette page  en version imprimable