République Dominicaine

 

Récit  en version imprimable, format PDF:

 

·         Départ Lundi 15 Mars 2004  Envol pour La Romana  Sud-Est du pays

 

          Après un vol sans problème de 9 heures nous atterrissons à La Romana vers 20h. Le car affrété pour les employés de l’Entreprise n’arrivera qu’une heure plus tard……. L’hôtel : Le Mélao, situé sur la plage d’Arena Garda, au bord de l’Océan Atlantique, sur une côte appelée « Costas de Cocos » vous l’aurez deviné : « la côte des Cocotiers, est encore à deux heures de route….

          Nous avons à peine foulé le sol dominicain que l’’aventure commence déjà ……. par suite d’un accident sur la route principale, un camion y est couché en travers, notre bus prendra donc une déviation, ce mot qui chez nous n’est pas de grande importance, prend en Rép. Dom. un tout autre sens, car nous voilà traversant les champs de canne à sucre, bien secoués car ce ne sont que des pistes, il fait maintenant nuit noire, et là le clou, la cerise sur le gâteau : le car s’arrête, nous sommes en panne !...

          La bonne heure que nous avons passée dans ces circonstances a donné quelques sueurs froides à plusieurs d’entre-nous, ambiance coupe-gorge ! il était 22 heures, le seul paysage que nous avions était les champs de canne à sucre, les nombreux cars de tourisme qui eux aussi avaient dû emprunter cette voie nous frôlaient à bonne allure sur cette piste étroite, et pour couronner le tout il tombait des cordes….  Enfin ! dans ce pays, débrouillardise et solidarité font bon ménage, une courroie fut trouvée, mise en place par quelques-uns de nos co-voyageurs… et nous repartons.

           Un bon point pour Le Mélao   il minuit passé, ça va faire environ 15 heures que nous sommes partis de chez nous, nous sommes fourbus et  aspirons à un bon accueil et un repas avant d’aller nous coucher, finalement nous ne serons accueillis que par deux ou trois personnes qui nous enregistrerons et nous donnerons les clefs et……l’horaire pour la réunion d’accueil de N.F. Pas même de petit buffet froid,   

 

·        Mardi 16 Mars : rencontre avec Lino

 

            Lino est un garçon haïtien très cultivé, dont j’aurais eu les coordonnées avant notre départ, il nous servira de guide et de chauffeur pendant notre séjour en République Dominicaine. Celui-ci arrive à l’heure prévue au rendez-vous à l’hôtel, et nous mettons au point notre emploi du temps.

        Après déjeuner, nous effectuerons une promenade, les pieds dans le sable, tout en longeant les nombreux hôtels luxueux qui vont jusqu’à Punta-Cana. Au bout d’à peine une heure nous arrivons, après avoir traversé le grandiose hôtel Flamenco, au petit village de Bavarro. Celui-ci est connu pour sa célèbre place où vivent plusieurs commerçants, c’est là également que nous trouvons l’agence RH Tours   qui propose beaucoup d’excursions, une que nous recherchons, ni Lino, ni l’hôtel ne la proposant, est celle   au parc Los Haitises  (Cette excursion remplace depuis peu le safari-baleine, car depuis la mi-mars ces mammifères sont retournés dans d’autres eaux.

          Dans ce village se trouve un magasin qui vend et fabrique artisanalement des cigares, la « Perla Dominicana » nous allons ainsi pouvoir admirer un ouvrier au travail, et bien sûr, commencer à faire les achats, nous aurons l’occasion de visiter quelques jours plus tard à la Romana : une fabrique utilisant une trentaine d’ouvriers

        Le retour à l’hôtel sera moins agréable, plus long et par la route, les hôtels ne nous permettront pas de les traverser pour rejoindre la plage, car nous n’avons pas ce fameux bracelet qui est synonyme de sésame.

 

Demain nous commencerons vraiment à nous promener, au programme : l’île de Saona

 

 

·        Mercredi 17 Mars : l’île de Saona (point N° 2 carte itinéraire)

 

Aperçu de notre superbe bus 

 

         7h30. Nous sommes devant la réception de l’hôtel à attendre Lino, il doit nous balader dans une BMW climatisée, imaginez notre surprise lorsque nous voyons arriver un bus de 50 Pepeletto, chauffeur du busplaces, ouvert sur les cotés, tout décoré et recouvert de feuilles de cocotiers. Lino nous confie être en panne avec sa voiture,  décidemment les pannes nous poursuivent, et que nous ferons l’excursion avec ce bus accompagné de son chauffeur : Pepeletto.  Nous faisons sensation, deux touristes seuls dans un bus de 50 places aussi typique, et diffusant à tue-tête de la musique de Merengue

 

 

      120 Kms environ nous séparent de Bayahibe, port d’embarquement pour l’île de Saona, nous traversons le village pittoresque de La Otra-Banda, avec ses quartiers de viandes à pendre au soleil, et sur le bord de la route : Higuey que nous visiterons quelques jours plus tard..

 

     Arrivés à Bayahibe vers 10h30, nous embarquons dans une lancia ultra-rapide (sorte de hors-bord) avec une douzaine de touristes et nos deux compères.

 




     Halte obligatoire : la piscine naturelle de Saona, envahie de touristes, avec au programme : baignade et rhum à volonté, Je pensais y voir des éponges, ça ne sera pas le cas, 45 mns de trempette et nous reprenons la direction de l’ile ou nous attend un succulent déjeuner servi sous forme de buffet en libre-service.

 

Bayahibe, petit port d'embarquement pour Saona            Lino, notre guide

 

 

     è L’île de Saona est une île tropicale de la mer des Caraïbes, peuplée d’un petit millier d’habitants. Elle est en partie classée réserve naturelle, sa faune et sa flore sont protégées par les autorités, on peut y voir des dauphins et avec un peu plus de chance : des lamantins.

     Son accès est très réglementé, il se fait avec des catamarans qui devront quitter l’île à un horaire fixé. Ses plages sont très recherchées par les touristes, bronzette ou plongée,  celles-ci ont été à plusieurs occasions utilisées par des producteurs de films et publicitaires, tel qu’entre-autre, la publicité de la barre chocolatée Bounty.

     Les villages de l’île sont tout à fait pittoresques, les chemins sont faits de l'île de Saonasable, les demeures des habitants sont gaies et colorées.

 

 

      Les cocotiers de l'île de SaonaIl ne reste plus beaucoup de temps, l’ile doit être débarrassée de ses véhicules à moteur à 15 heures, nous mettrons à profit celui-ci pour nous promener le long de la plage, faire des photos et finalement assister à des danses improvisées, et très rythmées, par Pepeletto auquel s’étaient jointes quelques copines-danseuses.

 

Un catamaran 

      Le retour se fera sur un catamaran reconverti, ceux-ci sont des anciens ayant servi à différentes courses, dont le « Vendée-Globe » la traversée d’une durée de deux heures se fera avec rhum et merengue à volonté… mais aussi je rassure, coca ou jus de fruits… A l’arrivée, on vous propose votre photo collée sur une bouteille de … vous l’aurez deviné, de rhum..

 

 

 

L'île de Saona             L'île de Saona

 

     Sur l’île nous avons fait la connaissance de voisins bretons, ils nous demanderont à voir notre bus et même à se faire photographier devant.

     Sur le trajet du retour, nous voyons des ouvriers ramassant la canne à sucre, et travaillant avec des bœufs.

     Le Mélao est en vue, nous disons au revoir à Pepeletto et à son bus qui nous ont bien diverti. 

 

      Demain sera une autre journée, nous devrons nous lever à 4h30 pour faire l’excursion du parc Los Haitises.

 

 

Récit  en version imprimable, format PDF: